Comment devenir formateur indépendant: le guide

Vous voulez vous lancer dans une activité de formation? Découvrez le guide pour devenir formateur indépendant.
devenir formateur indépendant

Table des matières

En France, le Code du travail réglemente l’exercice de la formation professionnelle. Ainsi, que l’on soit une personne physique ou une société, dès que l’on fait dans la formation et le renforcement de compétences, on peut être assimilé à un prestataire de formation. De nombreuses actions de développement de compétences existent. On peut citer entre autres les actions de formation, celles de la formation par apprentissage et les bilans de compétences. À tout ceci, on peut aussi ajouter les actions qui permettent d’entériner les acquis de l’expérience. Les prestataires de formation ont aussi des obligations. C’est par exemple le cas envers l’administration et des stagiaires. Voici le guide complet pour devenir formateur indépendant.

Les avantages à opter pour le métier de formateur indépendant

Jeune femme souriante en tenue de travail assise devant plusieurs personnes discutant entre eux.

Être formateur, c’est établir soi-même des plannings de formation et enseigner son savoir, ses connaissances et son expertise à un public professionnel. Le formateur se doit alors d’avoir quelque chose à transmettre en termes de connaissance. Il se doit surtout d’avoir des qualités pédagogiques, la pondération pour enseigner et un sens de l’écoute prononcé.

L’avantage principal à travailler comme formateur indépendant, c’est que ce statut vous accorde d’allier l’autonomie et la liberté que vous désirez. Vous avez la latitude de concevoir votre agenda, de soumettre les formations dont vous avez envie et de retenir vos prix.

La plupart des centres de formations ont peu de salariés formateurs. Ils préfèrent le plus souvent solliciter les services des indépendants. Ainsi, vous avez la possibilité d’offrir votre expertise à différentes structures et entreprises.

Les atouts dont dispose un formateur indépendant

Un homme en chemise à carreaux et T-shirt , portant des lunettes tient un dossier dans une main et un stylo dans l'autre.. L'homme est entrain de montrer quelque chose.

Le fait de travailler en tant que formateur indépendant requiert de multiples qualités et compétences. Vous devez apprendre à être pédagogue. Cela implique que vous devez être à même d’expliquer, de transférer vos compétences par des méthodes d’enseignement. Il vous faudra aussi être à l’écoute afin d’anticiper les zones d’ombre des personnes à qui vous dispensez le savoir, avoir la bonne attitude et les mettre à l’aise.

Autre paramètre important à intégrer, vous devez être créatif. N’ayez pas peur d’avoir recours à la créativité afin de pouvoir rendre digeste tous les concepts complexes que vous devez enseigner. Veillez à transmettre le savoir de façon ludique.

Il est également important de cerner les nombreux outils et techniques d’apprentissage. A ce niveau, il vous faut comprendre les différentes méthodes d’apprentissage tout comme les outils pédagogiques dans le but de stimuler vos apprenants.

Être un bon formateur, c’est aussi être constamment en apprentissage. Il est en effet important de mettre à jour vos compétences et connaissances pour être efficace en tant que formateur.

Cultiver et développer son réseau fait aussi partie des atouts qu’un bon formateur indépendant doit avoir. Travailler en tant qu’indépendant c’est avoir des missions plurielles et de nombreux clients. Pour y arriver, il est recommandé d’étoffer votre réseau afin de provoquer de nouvelles opportunités.

Les démarches administratives qui s’imposent au formateur indépendant

Un homme en costume bleu et cravate, portant des lunettes tient des dossiers dans ses mains. Il est assis devant un ordinateur portable posé sur un bureau avec des stylos, un carnet, un classeur des post-it et une vase de fleur.

Être un formateur indépendant ne vous impose pas d’avoir un diplôme ou d’avoir fait une formation particulière. Afin d’exercer comme formateur indépendant, vous pouvez décider de travailler en votre nom propre. Il vous faudra alors créer une société unipersonnelle. Aussi vous pouvez valider l’option de l’entreprise unipersonnelle ou celle de l’autoentreprise. Après quoi, il vous faudra faire une déclaration initiale auprès du préfet. Ceci, dans un délai de trois mois maximum après avoir établi le tout premier contrat de formation.

Cette démarche va vous permettre d’avoir votre numéro d’enregistrement. Ce dernier devra être mentionné dans l’ensemble de vos documents officiels. Lorsque votre chiffre d’affaires excède 15 244 euros hors taxe, il vous faudra réaliser un bilan pédagogique et financier chaque année, avant le 30 avril.

Lorsque vous aspirez à ce que vos formations obtiennent des financements, il faut avoir la certification Qualiopi. Cette dernière est en effet obligatoire depuis le début de l’an 2022. Pour finir, vous pouvez également adopter le portage salarial. C’est une option qui vous assure de vous débarrasser de toutes les différentes contraintes administratives.

Le statut juridique adapté au métier de formateur indépendant

Le titre de formateur indépendant ne constitue pas un statut juridique. Afin de pouvoir exercer dans le domaine, il vous faut opter pour un statut. Vous pouvez choisir entre trois différentes possibilités. D’abord, vous pouvez choisir l’entreprise individuelle. L’autoentreprise en est une dérivée. Autres possibilités, créer une société unipersonnelle et le portage salarial. Votre situation professionnelle de même que votre projet devront justifier le statut juridique pour lequel vous optez.

Le statut d’autoentrepreneur et ses particularités

L’autoentreprise désigne une entreprise individuelle qui jouit du statut ultra-simplifié afin d’exercer son activité. Votre chiffre d’affaires ne doit pas excéder 72 600 euros afin d’en profiter.

L'initial "AE" dans une bulle de conversation de couleur verte et sa signification "Autoentrepreneur" dans une bulle de conversation bleue.

Les atouts du statut d’autoentrepreneur  

On peut citer la simplicité. En effet, il suffit d’aller sur le site de l’union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales pour créer une autoentreprise. Vous êtes également exonéré de charges sociales. Le taux qui vous est appliqué est de vingt-trois pour cent au lieu de quarante-cinq pour cent.

Au cours de la première année, vous pouvez profiter de l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise avec un taux à onze pour cent. Jusqu’à 34 400 euros de chiffres d’affaires, vous n’avez non plus aucune TVA à payer. A tout ceci, on peut aussi ajouter le fait que la comptabilité est très allégée.

Les inconvénients du régime d’autoentrepreneur

Les failles du régime d’autoentrepreneur ne sont pas moins nombreuses. Vous jouissez d’une faible protection sociale. Autrement dit, vous êtes plus exposés concernant le chômage, la retraite ou encore la sécurité sociale. Il y a aussi un risque personnel. À ce niveau, les patrimoines tant personnels que professionnels sont confondus.

Afin de les séparer, il vous faudra choisir d’être un entrepreneur individuel à responsabilité limitée.  Le véritable problème de ce régime réside dans le fait de votre incapacité à retirer ses charges et frais professionnels. Vous profitez d’un abattement forfaitaire de 34% afin de déterminer l’impôt sur le revenu.

Le statut d’entreprise individuelle et ses caractéristiques

Dès que le seuil du chiffre d’affaires dépasse 72.600 euros, l’autoentrepreneur  perd automatiquement le régime microsocial et microfiscal. Il reste alors en entreprise individuelle. En effet, il est bien possible de créer une entreprise individuelle sans tirer profit du régime de la microentreprise.

Lorsque vous décidez de fonctionner sous le statut d’entreprise individuelle, vous travaillez alors à votre propre compte. Ainsi, il vous faudra prendre et ceci tout seul, toutes les décisions. Ceci, contrairement aux entreprises où le pouvoir est partagé entre associés et dirigeants. Seules exceptions, la société par action simplifiée unipersonnelle ou l’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée où vous demeurez seul associé.

Les avantages du statut d’entreprise individuelle

Une entreprise individuelle est simple de création. Vous devrez juste déposer un dossier au centre de formalités des entreprises. Aucun statut ne doit être déposé, ni de capital social. Vous pouvez, si votre chiffre d’affaires est inférieur à 72.600 euros, bénéficier du régime de la microentreprise. Vous pourrez également prélever les charges et autres frais professionnels.

Les inconvénients du statut d’entreprise individuelle

Comme faille de ce régime, on peut citer des cotisations sociales à 45% du chiffre d’affaires. Vous jouissez aussi d’une faible protection sociale. En effet, vous n’avez aucun statut de salarié, de sécurité sociale, de cotisation chômage, ou même de retraite des salariés. Mieux, vous prenez un risque personnel car vous exercez en votre propre nom.

Sont alors confondus, votre patrimoine professionnel et celui professionnel. Pour y remédier, vous pouvez adopter l’entreprise individuelle à responsabilité limitée. Vous subissez aussi l’imposition car plus votre taux sera conséquent, plus votre chiffre d’affaires sera élevé. Il s’agit là d’un impôt progressif.

Le statut de société unipersonnelle

Il est possible de devenir formateur indépendant en décidant de créer une société unipersonnelle. Il peut s’agir d’une société par actions simplifiées à associé unique ou une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée.

Les avantages d’une société unipersonnelle

Les principaux avantages sont la responsabilité limitée. En effet, quand vous optez pour la création d’une personne morale, votre responsabilité dépend de votre capital professionnel. Vous profitez aussi du retrait des frais et des charges, tout comme vous avez la possibilité d’ouvrir le capital à d’autres partenaires ou actionnaires.

Les inconvénients d’une société unipersonnelle

S’agissant de la création d’une société unipersonnelle, les procédures sont plus contraignantes. Entre autres, vous devrez faire un dépôt de statut, disposer d’un capital social, d’un siège social, d’un compte bancaire professionnel ou encore d’un dépôt au greffe. Il en est de même pour les obligations sociales, comptables et juridiques, qui sont plus difficiles.

C’est par exemple le cas de la tenue d’une assemblée générale, de comptes annuels, de déclarations diverses. Vous perdez aussi la couverture chômage en adoptant le régime de société unipersonnelle. En effet, vous ne cotisez pas en votre qualité de dirigeant à l’assurance chômage. Vous ne pouvez donc pas créer de nouveaux droits.

Face à toutes ces difficultés, vous pouvez faire recours aux services d’un prestataire afin de traiter les aspects juridiques, fiscaux, comptables et sociaux. Gardez néanmoins à l’esprit que cela entraîne un coût. Mieux, en cas d’erreur ou de litige, gardez aussi à l’esprit que c’est vous qui serez tenu pour unique responsable.

Quel statut avec le portage salarial ?

En optant pour le portage salarial, vous pouvez aussi travailler comme formateur indépendant. Il y a néanmoins quelques préalables. La société que vous sélectionnez doit faire dans la formation. Elle doit également avoir un numéro d’agrément. Aussi doit-elle être certifiée Qualiopi. Ces avantages permettront à vos différents clients de profiter de prises en charge dans le cadre des différentes formations que vous organisez.

En ce qui concerne la société de portage, elle devient intermédiaire entre vos clients et vous. Elle hérite donc de votre part, tout ce qui concerne la gestion, qu’elle soit fiscale, administrative et comptable. C’est aussi à elle de contractualiser avec vos clients et de vous verser un salaire. La société de portage émet également les factures pour vous, s’occupe des relances et modifie les honoraires en salaire.

Le portage salarial vous permet donc de jouir d’un statut de salarié. Ajouté à tout ceci, la société de portage s’occupe aussi bien du volet administratif que des documents indispensables au métier de formateur indépendant.

A lire également: Portage salarial ou freelance : quel statut choisir ?

 Les atouts du portage salarial

Pour ce qui est des atouts du portage salarial, on peut citer la simplicité. En effet, sous ce régime, vous n’avez quasiment plus rien à gérer. Vous bénéficiez aussi d’une protection car vous cotisez à plusieurs niveaux. C’est le cas de la retraite des salariés, de l’assurance chômage. Vous rentrez aussi dans la mutuelle d’entreprise et êtes alors protégé par la prévoyance.

Autre atout du portage salarial, c’est qu’il respecte les prescriptions légales. En effet, l’entreprise de portage s’occupe  de l’ensemble des déclarations et des documents administratifs, puisqu’il s’agit d’un office de formation. Vous disposez aussi d’une grande liberté afin de vous concentrer exclusivement sur la prospection des clients et la réalisation des différentes missions qui sont les vôtres.

A tout ceci, on peut ajouter un accompagnement car vous recevez de l’aide pour ce qui est de la gestion efficiente de votre activité. Il en est de même pour la quête de vos clients ainsi que la mise en place d’une stratégie d’optimisation.

Les principaux inconvénients du portage salarial pour le formateur

Comme faille, on peut mentionner l’impact financier de la société de portage. Il se situe entre 8 à 15% de votre chiffre d’affaires.  A cela, on peut ajouter le fait que les cotisations sociales sont élevées car elles sont celles d’un salarié.

Qu’en est-il des démarches pour exercer comme formateur indépendant ?

Les différentes démarches pour exercer l’activité de formateur indépendant varient selon le statut choisi.

Les démarches concernant le portage salarial

Vous pouvez tout d’abord opter pour le portage salarial. Simple à établir, ce mode d’organisation vous dispense de la création d’entreprise ou de société. La société de portage se charge à votre place, de signer tous les deals possibles dans le cadre de la formation mais aussi avec vos clients.

Ensuite elle conclut avec vous un contrat de travail ainsi qu’une convention de portage. Elle aura alors à s’occuper de la totalité des démarches administratives avec vos clients et les organismes. Ce dispositif très pratique vous dispense aussi de numéro d’enregistrement. Celui de la société de portage vous suffit.

Mieux, plus besoin pour vous d’une certification Qualiopi ni de bilan pédagogique et financier. C’est évidemment le statut le plus pratique et le plus simple à établir. Aucune démarche ne s’impose à vous avec le portage salarial et vous avez à gérer zéro paperasse.

Un homme souriant portant des classeurs sous ses bras, debout devant un bureau sur lequel sont posés divers objets: ordinateur portable, dossier, porte-stylo, plante, calculatrice, calepin, téléphone.

Les démarches concernant la microentreprise

Vous avez la possibilité d’adopter aussi la microentreprise puisque les démarches y afférentes sont simples.  Vous n’avez comme impératif que de vous inscrire sur la plateforme de l’union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales. Vous devrez par contre constituer un dossier si vous voulez créer une entreprise individuelle. Ce dernier doit contenir de nombreux documents.

A lire également: Comment obtenir un extrait K-bis en étant auto-entrepreneur ?

Les démarches concernant une société

S’agissant des démarches pour créer une société, elles sont plus éprouvantes. Pour y arriver, vous devez procéder à la rédaction des statuts. Il vous faudra aussi publier dans un journal d’annonces légales, un avis de constitution. Vous devez aussi ouvrir un compte bancaire professionnel que vous devez approvisionner en capital social.

Aussi devriez-vous faire d’autres démarches comme la domiciliation de votre société. Toutes ces démarches peuvent vous inquiéter si vous ne savez comment les aborder. Toutefois, il est possible de vous faire aider. Le centre de formalités des entreprises de la chambre du commerce et de l’industrie se tient prêt à voler à votre secours.

Signalons que si vous êtes assujetti à des démarches si vous optez pour la création d’une microentreprise, d’une société ou encore d’une entreprise individuelle ou la société. Après avoir eu votre premier contrat, vous devez procéder à une déclaration initiale auprès du préfet. Ceci, dans un délai de trois mois. Une démarche qui vous donne un numéro d’enregistrement de formateur. Un numéro qui par la suite devra être affiché sur tous vos différents documents commerciaux.

Vous devrez aussi produire de façon annuelle un bilan pédagogique et financier. Ceci, dès que votre chiffre d’affaires annuel excède 15 244 euros hors taxe. Il vous faut aussi anticiper la certification Qualiopi si vous aspirez à des formations éligibles à des financements.

Comment démarrer son activité de formateur indépendant

Pour démarrer votre activité comme formateur indépendant, vous devez adopter votre propre démarche commerciale et établir des liens privilégiés avec les clients. À la différence d’un salarié, vous devez chercher vous-même vos propres clients, convenir des tarifs et définir les différentes modalités pour réaliser vos missions.

Il s’agira donc de connaître avant toute chose, les réels besoins du marché que vous entendez atteindre. Ensuite, il faudra définir une stratégie de positionnement. Il est important à cette étape qu’on puisse vous identifier facilement.

Pour trouver vos missions, vous disposez de trois canaux principaux. Vous pouvez solliciter des missions de formation. À ce niveau, vous pourriez candidater en offrant vos services sur des sites spécialisés. Il est aussi possible de gagner en popularité via les plateformes réservées aux consultants indépendants.

Pour finir, vous pouvez mettre à contribution votre réseau tant personnel que professionnel. Pour cela, sollicitez les réseaux sociaux. Afin de vous rendre visible, intégrez des groupes et forums de discussion. Si les résultats ne tombent pas vite, ne vous découragez pas pour autant.

Secteur d’activité à part entière, la formation professionnelle regorge d’atouts. Dans cet article, nous avons renseigné point par point, le processus pour devenir formateur indépendant. Si c’est une activité qui vous intéresse, vous savez désormais quoi faire et quel cheminement suivre pour avoir des résultats et vous épanouir, comme cela se doit.

Articles suggérés